Actualités

« Soirée mousse » à l’évêché

« Soirée mousse » à l’évêché

0 commentaire

Jeudi 19 mai, dès 18h00 à l’évêché à Fribourg, Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, inaugure la deuxième cuvée de la bière de l’évêque : « Les 12 épeautres ». Cette soirée...

En savoir plus

Un nouveau vicaire épiscopal pour le canton de Neuchâtel

Un nouveau vicaire épiscopal pour le canton de Neuchâtel

0 commentaire

Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, a nommé l’abbé Pietro Guerini vicaire épiscopal du canton de Neuchâtel. Il succèdera dès le 1er septembre 2016 à l’abbé Jean-Jacques Martin, dont le mandat a...

En savoir plus

Le mot de l'évêque diocésain

Parmi les événements récents, plusieurs m'ont marqué. Je songe notamment à la participation massive et très émouvante de la communauté portugaise fribourgeoise et vaudoise lors la messe célébrée à la cathédrale pour les douze victimes de l'accident de la route survenu en France le 25 mars. En voyant cette communauté soudée et la présence parmi eux de quelques Suisses, on réalise l'unité déjà présente au sein de notre Eglise en immigrés et " indigènes " de longue date, et l'importance de développer ces relations.

Nous devons aussi réfléchir à nos relations avec des immigrés qui, à la différence de ces Portugais, ne sont pas chrétiens. Je sors d'une rencontre avec les conseils épiscopaux des diocèses français voisins : cette année, le thème était la relation avec les musulmans. Les 19-20 avril, la conférence des évêques suisses a organisé une session de formation permanente ouverte aussi aux vicaires généraux et épiscopaux, ainsi qu'aux Unions de supérieur(e)s majeur(e)s. La session de cette année, à Quarten (SG), était aussi consacrée à l'islam. Deux éléments qui ressortent fortement de l'actualité ainsi que de ces rencontres sont la diversité interne à l'islam et une forte méconnaissance mutuelle. Dans ces conditions, on prend mieux conscience de ne pas parler simplement d'une ou à une religion, mais à des personnes qui vivent leur religion, et le font de manière très variable. Un signe en est le changement progressif de nom, dans l'Eglise catholique en France, d'un " secrétariat aux relations avec l'islam " au " service des relations avec les musulmans ".

Certaines questions doivent être approfondies ensemble : les causes de la violence, la liberté religieuse (possibilité de changer de religion), la possibilité de parler de nos différences comme des amis dont l'amitié permet de ne pas laisser les squelettes dans les placards... Pour pouvoir parler de ces questions, il faut aussi trouver des interlocuteurs.

Dans nos contacts avec les musulmans, que pouvons-nous faire ici et maintenant ? Nous pouvons d'abord accepter et chercher le contact. Je songe à ce que me disaient de jeunes catholiques volontaires pour donner des cours de langue à des requérants d'asile : ce qui réjouit surtout ces requérants, c'est la possibilité d'une rencontre directe et personnelle avec des Suisses. Une même expérience a été vécue par notre Maison des séminaires, lors d'un match de football entre séminaristes et requérants (match perdu par les séminaristes). Ces contacts sont l'occasion de manifester que les chrétiens, parce qu'ils sont chrétiens, n'aiment pas et n'aident pas seulement les chrétiens, mais toute personne, même ceux qui éventuellement ne nous aiment pas. En favorisant la connaissance mutuelle, ces rencontres permettent aussi la connaissance du christianisme, du pardon, de l'amour même de ceux qui nous haïssent éventuellement, du dialogue comme conséquence nécessaire de la foi...

Le pape nous montre l'exemple. A Bangui, il est allé dans un quartier de musulmans hostiles, et sa présence a permis le dialogue au service de la paix. Il est revenu de Lesbos avec des immigrés musulmans. Pourquoi musulmans ? Justement parce que le chrétien aime toute personne dans la souffrance, et parce qu'il n'a pris que ceux qui avaient des papiers en règle (ce qui n'était pas le cas des chrétiens prévus). Il a ainsi montré que le respect de l'Etat de droit est aussi nécessaire à un travail sur une large échelle et à long terme (touchant d'ailleurs à toute la vie de l'Eglise), permettant l'évolution des attitudes à la fois dans l'Eglise et dans l'Etat, grâce au levain évangélique.

+Charles MOREROD

Jubilé de la Miséricorde

Pèlerinage diocésain à Rome, 22-27 octobre 2016

Pour répondre à l'appel de notre Pape François et vous inscrire dans la longue tradition biblique (Abraham part vers la terre promise, le peuple marche vers la Jérusalem céleste...) continuée dans l'histoire de l'Église, je vous invite à participer au pèlerinage diocésain à Rome. Il est une démarche de conversion : nous recevons mieux la miséricorde de Dieu et de ce fait la donnons nous-mêmes davantage. Avec les autres pèlerins qui se joignent à Pierre et Paul et à tant d'hommes et de femmes qui ont donné leur vie à cause de Jésus et de l'Évangile, nous allons vivre des moments qui vont raviver notre foi. Durant cinq jours nous cheminerons en communauté dans la prière, l'action de grâce, l'amitié et la joie.

Mgr Charles Morerod

Pèlerinage ouvert à tous. Inscrivez-vous !

Plus d'info, programme, inscriptions, ...

Feuilles diocésaines

Informez-vous ! La feuille diocésaine du mois de mai est en ligne.

Et retrouvez ici les feuilles diocésaines des mois précédents.

Agenda

26 : Fête-Dieu, Fribourg

Nos coordonnées

Diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg

Evêché
Rue de Lausanne 86
Case postale 512
CH - 1701 Fribourg
Tél. +41 (0)26 347 48 50
Fax +41 (0)26 347 48 51
E-mail

Heures d'ouverture :
8:00-11:45
14:00-17:30
(17:00 le vendredi)

Faire un don ?

Pour soutenir le diocèse et ses activités, vous pouvez, en plus de votre prière, faire un don